Nature et Santé

Forum dédié au bien-être, aux médecines alternatives et à la santé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DECODAGE BIOLOGIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nadine
Admin
avatar

Nombre de messages : 5078
Age : 56
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: DECODAGE BIOLOGIQUE   Ven 3 Aoû - 16:26

VOICI UN RAPIDE CONDENSE DU DECODAGE BIOLOGIQUE...

Les maladies semblent être des dérèglements. C'est apparemment vrai, mais c'est en réalité faux, car les maladies sont des phénomènes naturels réactionnels contrôlés par le cerveau.Cette introduction à la " Biologie Totale des Etres Vivants" peut paraître fortement déroutante au premier abord, mais elle ne l'est plus du tout lorsqu'on connaît les lois de la Biologie et en particulier celles du " cerveau automatique ", c'est-à-dire la partie du cerveau qui fonctionne de manière réflexe.

Dans ce bref exposé, nous allons principalement nous intéresser à la démonstration du fait que toute maladie est une résultante logique, une réponse logique dans l'univers biologique, à un conflit que vit la personne , qu'elle en soit consciente ou non, ainsi qu'à la présentation de quelques lois majeures de la "Biologie Totale des êtres vivants" qui seront illustrées par des exemples.
La maladie, solution parfaite

Toutes les maladies sont des réponses logiques à des conflits biologiques précis que vivent et ressentent les malades.Prenons un premier exemple : pour la médecine et la neurologie, la sclérose en plaques est une maladie dégénérative du système nerveux central, qui se caractérise par des plaques de démyélinisation. En "Biologie Totale des êtres vivants", la sclérose en plaques est l'expression manifestée dans la biologie et dans la matière physique d'un conflit psychologique qui associe dévalorisation et déplacement. C'est-à-dire que toutes les paralysies sont sous-tendues par des conflits de déplacement et de dévalorisation. Et chaque maladie neurologique a sa direction dans le déplacement. Pour la sclérose en plaques, la direction de l'espace est la verticalité orientée vers le bas, c'est-à-dire celle à laquelle s'applique la pesanteur.

Ces conflits de déplacement et de dévalorisation existent depuis quatre millions et demi d'années pour l'humanité et touchaient aussi bien l'homme préhistorique qui descendait de sa montagne pour aller chasser dans la plaine son gibier, que l'homme moderne de la ville lorsqu'il tombe, par exemple, dans un escalier.
Il est très important de réaliser que pour la sclérose en plaques, il s'agit d'un conflit de déplacement et de dévalorisation comme pour toutes les paralysies, mais avec la sous-tonalité de la verticalité. C'est-à-dire que le maximum de stress, au moment où la personne ressent son conflit, se fait dans un déplacement vertical alors qu'elle se dévalorise. Cet invariant biologique de dévalorisation et déplacement dans la verticalité est valable pour toutes les personnes qui ont des scléroses en plaques. Toutes ces personnes ont des histoires différentes, mais quelque soit leur propre histoire, elles rentrent de toutes manières dans cet invariant pour exprimer une sclérose en plaques.


L'histoire de Joé

Imaginez donc un homme, " Joé ", un chasseur préhistorique qui va à la chasse tous les jours. Pour ce faire, il descend (verticale ressentie vers le bas) de la grotte (abri sûr) où il a dormi, pour traverser une vallée et aller en forêt dans un terrain de chasse giboyeux. Il est obligé de traverser une rivière de sept mètres de large, infestée de petits serpents venimeux qui d'ailleurs mordent régulièrement et donc tuent beaucoup d'hommes du groupe des chasseurs. Pour Joé qui a vu son grand-père mourir comme cela, puis son père, puis son grand frère et enfin il y a à peine quinze jours son meilleur ami du groupe des chasseurs, cela est devenu insupportable. Il a de plus en plus de stress, il perd l'appétit, il maigrit, il ne dort plus et il " surstress " quand il doit traverser la rivière.
Joé est bien dans un très grand conflit :
- de déplacement : " je ne veux plus traverser ", comme un cheval qui se cabre et refuse d'approcher d'une corniche escarpée sur laquelle on voudrait qu'il marche,
- de dévalorisation : " les autres chasseurs passent bravement dans la rivière et moi je n'y arrive plus. Je suis, un couard, un pleutre, un peureux ".
Pour solutionner son problème, il a deux grands types de solutions : des solutions de type pratique (par exemple se débarrasser des serpents) et des solutions de type dépassement (par exemple inventer le pont, la barque ou le tunnel). Ce dépassement revient ici à un contournement du problème qu'est la présence des serpents dans la rivière. Il faut bien se rendre compte que si ce chasseur Joé ne trouve aucune solution à son conflit, il est condamné à mourir soit par morsure de serpent puisqu'il continue à traverser deux fois par jour la rivière, soit par surépuisement (et par inadvertance), même si aucun serpent ne le mord car Joé s'épuise dans son surstress physiquement et psychologiquement, dépérissant rapidement.
Alors le cerveau automatique tire à lui le conflit, qui de psychologique devient biologique dans un transposé exact de solution du problème que cet homme a à résoudre. A ce moment-là c'est comme si le cerveau disait à ce conflit psychique : " Descendez on vous demande ! " et faisant muter certains gènes de certains chromosomes de certains noyaux dans certaines cellules cérébrales, il fait apparaître la perfection : la sclérose en plaques. Ainsi, cet homme se paralyse de plus en plus, ne peut plus aller chasser, donc ne va plus traverser la rivière . Et sa maladie est bien la solution parfaite à son conflit , envoyée, téléguidée, dirigée et construite par son cerveau.
Ce qui est subtil ici c'est que le conflit de dévalorisation s'évanouit aussi, tout comme le conflit de déplacement. En effet, il n'a plus à se dévaloriser maintenant car blessé et handicapé c'est normal qu'il n'aille pas traverser la rivière.Tant que le conflit biologique est là, la personne est aveugle à son conflit et continue à se charger de stress.

Prenons un second exemple, celui du diabète. L'invariant biologique du diabète est " résistance et répugnance ".

Imaginez un petit enfant qui dort dans un hangar, tandis que les autres membres de la famille dorment dans la maison. Evidemment, il est bien dans un conflit de résistance : " Il ne faut pas que je ferme mes yeux quand il fait nuit. Je surveille les rats qui courent dans le hangar ". Cette résistance étant très importante car sous-tendue par la présence des rats, et les rats c'est répugnant.
Quelques années après, cet homme développe un diabète qu'il garde pendant des années jusqu'à notre rencontre et dès qu'il a compris, il guérit, mange tout sans régime depuis, avec 6 ans de recul en 1999 pour quelques quinze ans de maladie.


Précisions et aperçus des principes et lois biologiques

Un conflit biologique est un conflit qui a pris sa traduction dans la biologie
Le cerveau automatique est exclusivement programmé en terme biologique de survie, c'est-à-dire qu'il est purement réactionnel. Quand il intervient il donne toujours une solution biologique adaptée au problème, dans le sens de la survie.
La maladie est la solution parfaite du conflit psychologique ingérable par le cerveau dans l'univers biologique
Le cerveau automatique fonctionne de multiples manières simultanément et en particulier comme un ordinateur couplé à un lecteur de cassettes. Si cinq ans et demi après votre maladie, vous refaites la même maladie, cela veut dire que vous avez restimulé exactement un surstress dans la même position conflictuelle.

Quelque fois les choses peuvent être plus complexes parce que dans les clans familiaux circulent des mémoires et l'être vivant exécute les programmes de ces mémoires transmises par ses ascendants.
Le bon fonctionnement et les dysfonctionnements du corps et de l'esprit relèvent de programmes biologiques maintenant connus. Il est possible de savoir quand et pourquoi le cerveau enclenche dans le physique ces réactions instinctives au service de notre mieux être.

A SUIVRE..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna-light

avatar

Nombre de messages : 1721
Age : 43
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: DECODAGE BIOLOGIQUE   Ven 3 Aoû - 19:47

Merci génial ! J'adore ! flower flower


Dernière édition par le Ven 3 Aoû - 21:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadine
Admin
avatar

Nombre de messages : 5078
Age : 56
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: DECODAGE BIOLOGIQUE   Ven 3 Aoû - 19:51

oui passionant

à l'inverse des théories pasteuriennes..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna-light

avatar

Nombre de messages : 1721
Age : 43
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: DECODAGE BIOLOGIQUE   Ven 3 Aoû - 19:53

La maladie nous parle, ça j'en suis sure mais apprendre à décoder tout cela c'est encore mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna-light

avatar

Nombre de messages : 1721
Age : 43
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: DECODAGE BIOLOGIQUE   Ven 3 Aoû - 21:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DECODAGE BIOLOGIQUE   

Revenir en haut Aller en bas
 
DECODAGE BIOLOGIQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La MIVILUDES..
» La grippe A suscite une pandémie de controverses
» La SEP ne serait pas une maladie du système immunitaire ...
» Le changement vibratoire
» décodage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature et Santé :: Médecines alternatives :: Origines émotionnelles de nos maux-
Sauter vers: