Nature et Santé

Forum dédié au bien-être, aux médecines alternatives et à la santé
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES JEUX DE POUVOIR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nadine
Admin
avatar

Nombre de messages : 5078
Age : 56
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: LES JEUX DE POUVOIR   Dim 10 Sep - 11:51

Scénarios de l’EGO

Conséquence du DOUTE et de la PEUR vis-à-vis de Dieu

Refus de laisser apparaître la splendeur du MOI profond d’essence spirituelle.Mensonge par rapport aux ressentis réels. Ne pas savoir dire "non" !
Le but est de "vampiriser" l’autre,aux antipodes de l’AMOUR à
l’échelle de Dieu qui, seul, peut nous construire !
Amour divin = don de soi libre à l’autre, respect infini et éternel de l’identité et de la
liberté de l’être aimé, en pleine conscience et liberté

Nous pouvons aborder la question depuis deux angles différents :

1) La métaphysique

2) psychologie qui aborde la chose sur un plan pragmatique, en analyse tous les rouages et nous donne des clés essentielles pour en sortir (école de Palo Alto essentiellement)*

La finalité est la même…

Certains préfèreront une approche ou une autre.

Je pense personnellement que les deux approches

sont complémentaires et qu'il faut les deux pour bien comprendre et surtout pour s'en sortir
Les jeux de pouvoir seraient la conséquence de l'intervention
du doute dans le cœur de l'homme. Les chrétiens parlent du péché originel. Ce qui est sûr, c'est que le doute est comme un ver dans le fruit merveilleux qu'est l'homme. Et ce doute joue à plusieurs niveaux :

1) Il nous amène à douter de notre valeur et de notre intérêt au regard de Dieu et des hommes,

2) Il génère la peur vis-à-vis de l'un comme de l'autre,

3) Cette peur vis-à-vis de Dieu nous conduit à refuser l'amour de Dieu !

Il se trouve que, physiologiquement, l'homme a un

besoin vital d'amour… Selon Louis-Claude Vincent, un des principaux pionniers de la Bioélectronique, l'homme aurait besoin chaque jour de 12 à 15 000 kilocalories.
Les aliments lui en apportent entre 2 et 4 000, les radiations du soleil et de l'univers en apportent également entre 2 et 4 000… Le reste est apporté par l'énergie affective, la présence et l'amour ! Des expériences
sordides ont été faites dans l'ex-URSS, il y a quelques années. Des enfants nouveaux-nés étaient séparés de leur mère et élevés dans des conditions absolument optimales sur tous les plans matériels, physiologiques et éducatifs : couleurs, jouets, environnement,alimentation parfaite, vitamines etc.. – mais sans

le moindre "substrat" affectif. Ils sont tous morts, plus ou moins vite !
C'est clair : l'homme ne peut pas vivre sans affection,sans contact, sans amour !
Normalement, l'homme devrait pouvoir puiser cet amour en Dieu… Mais le doute et la peur l'en empêchent ! Alors, il se tourne vers les autres créatures…Les plantes, les animaux, ou les autres hommes…
Mais vis-à-vis de ses frères humains, il retombe dans le même piège : comment pourrait-il recevoir de l'amour et de l'affection alors qu'il doute de son caractère aimable ?

Une seule solution se présente à lui, qui lui a été inculquée
dès son tout jeune âge par ses parents, inconsciemment la plupart du temps… Ses parents lui ont fait croire (avec ou sans dressage plus ou moins vigoureux et physique) qu'il ne serait aimé que s'il était un petit

enfant bien sage, s'il mangeait à heures régulières, dormaila nuit, faisait ses besoins dans le pot ou les toilettes… Alors, pour obtenir cet amour, l'enfant joue la comédie ! Il imagine un scénario, il le met en scène et le
joue !
C'est déjà ce que certains nomment la personnalité, ou l'EGO ! La finalité est évidemment de "vampiriser" l'attention, la présence, le regard et au final l'amour de l'autre.
À mesure que les années passent, il va se rendre compte que ce scénario est plus ou moins efficace et il va en inventer d'autres… Qu'il jouera tour à tour en fonction des personnes ou des situations. Nous avons essayé de
répertorier les plus courants;Chaque fois qu'il joue un scénario, l'autre en face va être incité à jouer le scénario inverse correspondant.Dès qu'il sort de son scénario et s'efforce d'être vrai,l'autre en face est également amené à en sortir. C'est comme si chacun prenait appui sur l'autre – et l'équilibre du "couple" n'existe que par cette complémentarité des scénarios. Si l'un des deux cesse de prendre cet appui, l'autre est déséquilibré et tombe – ou se redresse à son tour !

Et nous vivons cela à longueur de vie, jusqu'à ce que nous en prenions conscience et que nous essayions enfin d'être vrais ! Mais ce n'est pas facile, car cela implique que nous prenions conscience de notre réelle
valeur, de notre caractère "aimable", que nous sortions définitivement de notre sentiment de dévalorisation et du doute ! Ce qui peut prendre des années et entraîner une multitude d'échecs où chacun considèrera l'autre comme responsable.
Les scénarios de pouvoir sont étudiés depuis relativement peu de temps… Il est donc clair que l'enseignement
correspondant n'est pas proposé – ni aux jeunes,ni aux enfants et encore moins aux adultes ! Nous pouvons espérer que ce sera bientôt fait…

Jean-Jacques CREVECOEUR est sans doute la personne qui les a le mieux vulgarisés… Il faut aussi citer Paul Watzlawick, dont le livre "Faites vous-même votre malheur" est absolument remarquable sur la question
DEFINITION
Le jeu de pouvoir permet de faire faire, de faire dire, de faire ressentir ou de faire penser à l'autre quelque chose
– sans avoir l'air de le lui demander.
Il exerce une pression psychologique sur l'autre.
Il est une source de "sacs de nœuds" et de problèmes relationnels sans fin. Et s'il n'est pas désamorcé d'abord par la conscientisation, le mécanisme ne fait que s'amplifier.Il s'agit d'un mécanisme de fonctionnement psychologique rarement conscient. Presque tous les comportements humains relèvent de jeux de pouvoir.
Il y a toujours complicité circulaire – c'est-à-dire que chacun met en jeu simultanément un jeu de pouvoir inverse de celui de l'autre. Personne n'y est jamaisgagnant… Chacun alimente le jeu de l'autre. Il y a très rarement – hormis des contraintes physiques – une victime totalement innocente ou impuissante sur le planpsychologique.
Tout cela n'est pas grave si la relation est brève et fugitive.

Mais dans la relation au quotidien avec un familier,chaque fois que la situation se représente, le jeu de pouvoir s'amplifie et la situation devient invivable

LA SOURCE

Les deux moteurs principaux sont :

– La peur de perdre la face,

– La peur de la rupture – de perdre la relation avec l'autre. "Il faut bien mettre de l'eau dans son vin !"

L'origine est la petite enfance .Nous vivons notre vie d'adulte avec le niveau de conscience émotionnelle d'un petit enfant de 2 à 3 ans à cet âge, nous ne pouvons pas subvenir matériellement à nos besoins. Si

nos parents partent et que nous nous imaginons que c'est définitif, alors c'est la panique totale… Nous sommes devenus adultes mais nous avons gardé ce système émotionnel avec des peurs qui n'ont ni réalité, ni
consistance

CRITERES pour REPERER les JEUX DE POUVOIR

1) Tout jeu de pouvoir exerce une pression psychologique

d'un côté ou de l'autre. Cette pression engendre un malaise.

2) Il y a toujours distorsion entre le message explicite et le message implicite. Le message explicite est ce qui est exprimé de manière claire. Le message implicite est le sous-entendu, ce que nous espérons que l'autre va comprendre ou ce que l'autre espère que nous allons comprendre.

3) Dans un jeu de pouvoir, les protagonistes tournent autour du pot et jouent à la devinette. Ils ne disent pas leur attente clairement.

4) Dans tous les cas, aucun des protagonistes ne prend ses responsabilités. Il utilise des termes comme : "Il faudrait", "Il n'y a qu'à", "Est que nous ne devrions pas ?". Au lieu de dire tout simplement
: "je pense que "

COMMENT EN SORTIR ?

1) Les observer dans notre propre vie – et devenir conscient ! C'est un travail de longue haleine qui nécessite beaucoup d'humour…
2) Ne jamais capituler dès que nous repérons un jeu de pouvoir ! Nous devons confronter nos compagnons au respect de nos limites et tenir tête !
3) Lors de chaque situation conflictuelle ou insatisfaisante, nous devons admettre d'abord – et avant de pester après l'autre – que nous donnons à
l'autre le pouvoir sur nous-même. Nous devons reconnaître notre responsabilité. Qu'est-ce que je fais ou ne fais pas, qu'est-ce que je dis ou ne dis pas qui permet à l'autre de prendre un pouvoir sur moi ?[/b]

4) Il nous faut ensuite poser un ou des actes concrets pour modifier la dynamique relationnelle. En faisant cela, nous prendrons 100% de la responsabilité de notre existence.

Nous devons oser poser des actes !Prendre le risque de la rupture – mais aussi prendre aussi le risque de voir qu'il ne se passe rien

Nous devons oser tenter l'expérience d'être vrai.Cessons de nous plaindre de l'autre et essayons de découvrir notre propre responsabilité dans la relation qui donne du pouvoir à l'autre

Nous ne pouvons pas changer l'autre, mais nous pouvons nous changer nous-mêmes en posant des actes dans le principe de réalité. Mais gare : dès que nous quittons la vigilance, nous retombons – en permanence
dans les jeux de pouvoir.

Le premier acte à poser est d'exprimer clairement notre attente…

Mais ce n'est pas forcément facile, car bien souvent, nous n'en sommes pas clairement conscient. Alors, commençons par dire ce que nous ne voulons plus dans un premier temps – tout en restant dans l'intention

claire de construire la relation. Et cette intention, nous devons la signaler à l'autre. Ce n'est pas très difficile puisque le malaise existe et nous rend très souvent la vie insupportable. Ce faisant, nous entrerons dans le
respect réciproque et l'efficacité !

À partir de cette première démarche, nous pourrons prendre des repères et découvrir nos besoins.

Il faut bien comprendre que même si nous sommes en position dominante, le jeu de pouvoir nous fait perdre notre liberté. Tout manipulateur vit aux dépens de celui qu'il manipule. Ce n'est donc pas un problème moral, mais c'est un problème d'efficacité et de respect mutuel.

Nous dépensons une énergie considérable à vouloir manipuler l'autre ! Sortir du jeu de pouvoir nous permet d'entrer dans l'autonomie et la puissance… non plus le pouvoir !

Chaque fois que nous subissons un jeu de pouvoir,

nous devons poser la question clairement à l'autre :

"Qu'attends-tu de moi ? Quel est ton projet ?". Par ces

questions, nous lui demandons de prendre sa responsabilité.

C'est un travail de clarification. Et nous devons laisser à l'autre le temps d'expliciter son besoin.

Il n'y a plus alors de victime ou de bourreau

Apprenons aussi, et c'est essentiel, à répondre oui ou

non… Sans nous cacher derrière des prétextes dans le genre : "je ne peux pas" – alors qu'en fait, nous voudrions dire, en vérité : "je ne veux pas".

Jésus-Christ disait : "que ton oui soit un oui, que ton non soit un non !"
Ne déléguons plus jamais à l'autre le pouvoir de gérer notre propre vie…Nous ne pouvons pas changer le monde, mais nous pouvons nous changer nous-même. Et si nous le faisons,cela seul peut changer le monde.Et n'attendons pas que l'autre fasse le premier pas, c'est à nous d'amorcer la pompe !

A Scohy – selon J-J CREVECOEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LES JEUX DE POUVOIR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pouvoir de l'alcool
» animaux de pouvoir
» Le pouvoir de la pensée ou la mémoire de l'eau
» Jeux --- equitable, bio, ecolo ...
» Le pouvoir des Mandalas d'énergie (Olivier Manitara)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nature et Santé :: Fonctionnement du forum - Règles en vigueur :: DIALOGUES AVEC L ANGE :: NOS QUESTIONNEMENTS EXISTENTIELS-
Sauter vers: